Skip to main content
Partenariats internationaux

L’Union européenne valorise le miel centrafricain

La République Centrafricaine est reconnue pour son miel. Elle se classe parmi les 30 plus grands pays producteurs au niveau mondial et occupe le 5ème rang en Afrique (FAO, 2018). L’apiculture est bien développée dans 10 préfectures sur les 16 que compte le pays.

Cependant les apiculteurs issus pour la plupart du monde rural, sont relativement isolés dans la commercialisation de leurs produits. Ils sont souvent contraints de vendre leur miel à des prix dérisoires à des acheteurs de la sous-région (Cameroun, Tchad, Soudan). Ainsi, l’apiculture centrafricaine peine à faire vivre décemment ses producteurs et nombre d’entre eux se découragent progressivement.

Conscient du recul de la production, le gouvernement centrafricain a décidé de relancer la filière apicole afin de booster l'économie locale et nationale. C’est ainsi que le Fonds Bêkou, Fonds Fiduciaire de l’Union européenne pour la Centrafrique, très impliqué dans le secteur agropastoral appuie les producteurs de miel à travers le projet « Résilience Rurale Nord ».

Appuyer cette filière porteuse et innovante pour l’économie centrafricaine

Ce projet est mené par le Conseil Danois des Réfugiés (DRC) en partenariat avec COOPI, Action Contre le Faim (ACF), Welthungerhilfe (WHH), Première Urgence Internationale (PUI) et Triangle Génération Humanitaire. Il appuie 3 500 apiculteurs dont 805 femmes à l’image de M. Hamadou HOMADAMA, président de l’organisation de producteurs « Apiculteurs de Koui ». Selon lui, la présence du projet dans la zone de Koui « fut un soulagement pour le groupement car nous avons bénéficié d’appuis techniques (l’extraction de miel, la conservation de miel, l’installation des ruches traditionnelles et modernes, la gestion des tontines…), d’appuis matériels (enfumoir, caisse de ruche, vélo, etc.) et enfin d’un bureau réhabilité. Cela a servi à tout le groupement et nous avons pu relancer les activités de production avec des quantités améliorées ».

Le miel, filière porteuse pour la République centrafricaine
Le miel, filière porteuse pour la République centrafricaine © François Grunewald/URD

 

Une foire agricole pour valoriser la production locale de qualité

DRC et ses partenaires s’attachent à valoriser la production locale de miel. Ils ont ainsi organisé du 4 au 6 novembre 2020, la première Foire Apicole Nationale dans l’enceinte du Ministère de l’élevage et de la santé animale.

Près de 170 groupements ont pris part à cette première édition. La foire a été l’occasion de démontrer la richesse et la diversité apicole centrafricaine et le savoir-faire de ses apiculteurs. Elle a amené la population centrafricaine et en particulier les habitants de la capitale Bangui à mieux connaître cette filière en découvrant les différents produits de la ruche.

Stand des apiculteurs de l’OPA Ngaoundaye lors de la 1e édition de la foire apicole centrafricaine
Stand des apiculteurs de l’OPA Ngaoundaye lors de la 1e édition de la foire apicole centrafricaine © DRC

 

Pour M. Hamadou Homadama, cet évènement a été un succès: « Nous avons rencontré des clients potentiels et des partenaires centrafricains intéressés par notre savoir-faire et qui sont prêts à acheter du miel en quantité avec des prix raisonnables. Cela nous change, car les ventes dans l’arrière-pays sont au rabais et bon nombre d’acheteurs sont des personnes venant des pays voisins ce qui constitue un manque à gagner pour la RCA. »

Foire apicole République centrafriquaine

 

Soutenir les chaines de valeur prometteuses

Au-delà de cette filière apicole, le projet « Résilience Rurale Nord » soutient 9 autres filières porteuses et innovantes que sont l’arachide, le niébé, le maïs, le riz, le maraîchage, le manioc, le sésame, le sorgho et les petits ruminants. Ce sont ainsi plus de 59 000 producteurs et productrices qui sont appuyés au sein des préfectures de la Vakaga, de l’Ouham, de l’Ouham-pende et de Bamingui-Bangoran.

Cet appui du Fonds Bêkou s’inscrit directement dans le cadre du pilier 2 du Plan National de relèvement et consolidation de la paix (RCPCA) qui identifie le développement du potentiel agropastoral comme indispensable pour donner un nouvel élan à l’économie du pays.