Skip to main content
Partenariats internationaux
Projet

Développer les compétences et renforcer la paix grâce à des initiatives multiethniques au Myanmar

A person walking behind livestock at sunrise in Myanmar
Les centres d'amitié accompagneront leurs usagers dans des projets agricoles tels que l'élevage

L’ouest du Myanmar est l’une des régions les plus touchées par le conflit et les plus pauvres du pays. De nombreux townships de l’État occidental de Rakhine ont connu des déplacements prolongés, des conflits ethniques/religieux et des affrontements entre un certain nombre de forces armées différentes. En outre, les populations rurales sont vulnérables au climat tropical de mousson, avec des précipitations élevées jusqu’à sept mois de l’année qui entraînent des inondations, des cyclones, des pertes de récoltes et une insécurité alimentaire accrue.

Ce projet fournit une solution intégrée pour améliorer les moyens de subsistance, fournit des installations d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH), renforce la cohésion sociale et facilite la réponse à la réduction des risques de catastrophe. Il est accompagné d’un projet de recherche visant à identifier les défis et les opportunités pour la cohésion sociale, le développement communautaire et la lutte contre le changement climatique. Ce projet est mis en œuvre grâce au financement fourni par le mécanisme de subvention « Vivre dignement » de l’UE.

Portée et objectifs

Des « centres d’amitié » novateurs seront mis en place pour mener des activités dans le cadre de ce projet. Ces centres communautaires multiethniques seront conçus et gérés par des membres des communautés minoritaires afin de servir leurs communautés. Les communautés ciblées dans le cadre du projet seront identifiées sur la base des besoins, plutôt que du statut, en reconnaissance du fait que les personnes touchées par le déplacement ont des vulnérabilités uniques et peuvent contribuer au développement de leurs communautés de diverses manières.

Les centres d’amitié contribuent à la prestation des

  • comités mixtes
  • formations communautaires au leadership sur la cohésion sociale, la consolidation de la paix et l’utilisation sûre des médias sociaux
  • sessions de dialogue entre les parties prenantes (groupes de femmes, chefs religieux, dirigeants communautaires)
  • renforcement de l’aptitude à la formation professionnelle (y compris la couture, la réparation de véhicules, la création d’entreprise et la gestion financière)
  • soutien à l’agriculture (y compris les écoles pratiques d’agriculture, le jardinage domestique, la fabrication de compost et l’élevage)
  • services intégrés (tels que l’installation d’une station de lavage des mains, les activités d’assainissement de l’environnement et la sensibilisation et la distribution de matériel de prévention de la COVID-19)
  • les comités de gestion des catastrophes, qui entreprendront une enquête sur les risques de catastrophe, une enquête sur les politiques et les pratiques (CAP) et des évaluations des risques de catastrophe
  • plans d’urgence et d’atténuation en cas de catastrophe
  • éducation en cas de catastrophe et distribution de matériel d’information et d’éducation
  • formation en recherche fondamentale pour les jeunes et séances pour partager les résultats de la recherche avec les membres de la communauté

Résultats attendus

Augmentation de la génération de revenus et des moyens de subsistance

  • 2 340 personnes touchées par le déplacement ont accès à un travail décent ou à d’autres sources de revenus durables 3 mois après avoir reçu le soutien du projet

Accès accru aux services de base

  • 1 300 personnes touchées parle déplacement ont obtenu ou amélioré l’accès à des services intégrés (éducation, eau, assainissement, santé et énergie)

Amélioration de la prévention, de la protection et des solutions aux catastrophes et aux déplacements liés au climat

  • 130 personnes menacées de déplacement augmentent la sensibilisation à la prévention et la préparation à la gestion des risques
  • 260 personnes ont bénéficié de politiques qui facilitent une migration et une mobilité ordonnées, sûres, régulières et responsables dans des contextes de catastrophe et de changement climatique
  • 130 personnes déplacées liées à la catastrophe et au climat ont trouvé une solution durable à leur déplacement
  • 260 personnes bénéficient d’exercices de simulation de catastrophe, de la mise au point de systèmes d’alerte précoce et de la planification de la préparation opérationnelle
  • 260 personnes soutenues dans la préparation à se déplacer en toute sécurité dans des contextes de catastrophe et de climat par le biais de campagnes d’information, de formation, de renforcement des compétences et de diversification des moyens de subsistance

Contexte

Le mécanisme de subvention « Vivre dignement » l’UE et de l’UNOPS a été créé en 2020. Il vise à promouvoir des approches et des solutions axées sur le développement aux crises de déplacement nouvelles, récurrentes et prolongées. Il finance des projets innovants qui soutiennent la résilience des communautés et autonomisent leurs membres grâce à des moyens de subsistance et des services de base, faisant une différence concrète dans la vie des personnes déplacées.

Ce projet a été choisi parce qu’il aborde le lien entre l’humanitaire, le développement et la paix. Il met fortement l’accent sur la cohésion sociale au sein d’une population cible mixte de personnes déplacées à l’intérieur du pays, de la communauté d’accueil, des apatrides et des personnes touchées par les catastrophes et les déplacements liés au climat. Le projet est dirigé par la communauté, avec une forte appropriation locale. En outre, il comporte un élément d’apprentissage solide et bien intégré et crée un fonds d’adaptation au climat pour les urgences.