Skip to main content
Partenariats internationaux
Projet

Des opportunités pour l’éducation et l’emploi au Myanmar

Three children with backpacks walking on a wooden bridge
L'éducation de base est un droit humain

La poursuite du conflit depuis le coup d’État de février 2021 au Myanmar provoque de nouveaux déplacements forcés et perturbe la vie économique et les services de base dans le sud-est du pays. Les personnes déplacées de longue date ont été rejointes par une vague de personnes nouvellement déplacées qui a augmenté tout au long de 2021 et au début de 2022. En outre, la pandémie de COVID-19 qui se poursuit créer une double crise, avec des impacts négatifs sur l’éducation de base, la formation professionnelle et les opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat.

Ce manque d’opportunités est exacerbé par l’accès insuffisant aux services de protection et les perspectives limitées de communautés plus pacifiques et pluralistes dans un avenir proche. Le projet Southeast Education and Employment Opportunities (SEE Opportunities) aide les enfants, les jeunes et les chômeurs des communautés touchées par le déplacement à passer de l’éducation de base à la formation professionnelle, puis à l’emploi. Ce projet est mis en œuvre grâce au financement fourni par le mécanisme de subvention « Vivre dignement » de l’UE.

Portée et objectifs

Ce projet fournit une chaîne de soutien aux enfants, aux jeunes et aux chômeurs des communautés touchées par le déplacement pour passer de l’éducation de base à la formation professionnelle et à l’emploi. Les progrès à travers ces étapes sont rendus possibles par les services de protection et les initiatives de consolidation de la paix, qui profitent également à la communauté au sens large.

L’éducation de base est un élément indispensable du projet. C’est un droit de l’homme, mais aussi une condition préalable à la formation professionnelle et à l’emploi de qualité menant à l’indépendance économique. L’éducation de base fournit également les compétences nécessaires pour comprendre et défendre efficacement les droits de l’homme pour soi-même et pour les communautés.

La formation professionnelle est la phase de transition entre l’éducation de base et l’emploi, fournissant aux stagiaires des compétences transférables qu’ils peuvent encore utiliser s’ils sont déplacés davantage ou choisissent de migrer vers une autre région. L’augmentation des revenus d’emploi grâce à de nouvelles compétences ou à un soutien à l’entrepreneuriat assure l’indépendance économique et la sécurité nécessaires pour subvenir aux besoins des membres de la famille et soutenir l’éducation des enfants. L’emploi et l’entrepreneuriat incitent également à s’efforcer de créer une communauté stable, pacifique et fondée sur des règles qui respecte les droits de ses membres.

La composante protection et consolidation de la paix du projet offre un environnement favorable stable qui permet à l’éducation, à la formation professionnelle et à l’emploi de fonctionner, et aux individus de profiter des résultats de leurs efforts. Les composantes éducation et moyens de subsistance fournissent des points d’entrée pour introduire des services de protection. Il pourrait s’agir d’aborder les questions de protection de l’enfance dans les milieux éducatifs, de traiter les droits des migrants et ceux des migrants pendant la formation professionnelle, ou d’aborder les questions de conflit entre les entreprises pendant le soutien à l’entrepreneuriat.

Le projet SEE Opportunities atteindra ses objectifs en renforçant les acteurs clés qui, selon les recherches, sont les mieux placés pour aider durablement les personnes touchées par le déplacement à être productives et à participer équitablement à la vie de leurs communautés d’accueil.

Résultats attendus

  • 2 000 jeunes touchés par le déplacement âgés de 16 à 30 ans (50 % de femmes) ont de nouvelles compétences nécessaires pour trouver un emploi dans leur communauté ou par la migration
  • 400 jeunes touchés par le déplacement trouvent un emploi ou deviennent indépendants, dont 50 % de jeunes femmes et au moins 4 sont des entrepreneurs handicapés
  • 5 000 enfants d’âge scolaire, répartis également entre garçons et filles (dont 100 handicapés), reçoivent des services éducatifs de qualité basés sur les technologies de l’information grâce à un apprentissage alternatif dirigé par des bénévoles
  • 20 000 personnes de tous âges touchées par le déplacement (dont 5 000 enfants d’âge scolaire) bénéficient de services de protection améliorés et d’une connaissance de leurs droits, ce qui contribue à accroître le sentiment de sécurité et de jouissance des droits de l’homme.
  • 20 000 personnes touchées par le déplacement et membres de la communauté d’accueil de tous âges et sexes sont touchés par des actions de promotion du pluralisme et de la paix sur leurs lieux de travail et dans leurs communautés

Contexte

Le mécanisme de subvention « Vivre dignement » l’UE et de l’UNOPS a été créé en 2020. Il vise à promouvoir des approches et des solutions axées sur le développement aux crises de déplacement nouvelles, récurrentes et prolongées. Il finance des projets innovants qui soutiennent la résilience des communautés et autonomisent leurs membres grâce à des moyens de subsistance et des services de base, faisant une différence concrète dans la vie des personnes déplacées.

Le projet a été choisi parce qu’il a démontré un partenariat égal et se renforçant mutuellement, avec l’inclusion du secteur privé. Il utilise des approches innovantes et durables pour atteindre les enfants qui n’ont pas accès à l’éducation. Lici met fortement l’accent sur l’impact environnemental du projet tout au long du projet. Enfin, et c’est crucial pour le Myanmar, il existe une forte composante de paix et de protection, qui est intégrée dans le développement des moyens de subsistance.