Skip to main content
International Partnerships
Project

Tous ensemble pour le 'Sud-est'

12 habitants de Obo sont formés pour assurer de façon autonome l’édition des programmes du média.
12 habitants de Obo sont formés pour assurer de façon autonome l’édition des programmes du média
ACTED

Plus de la moitié de la population centrafricaine soit 2,8 millions de personnes est dans le besoin d’assistance. Le pays peine à se remettre des multiples crises qui l’ont secoué. L’accord politique pour la paix et la réconciliation signé en février 2019 a ouvert la voie à une sortie de crise mais la flambée de violences autour de l’élection présidentielle de décembre 2020 montre combien la situation reste fragile.

L’accord pour la paix prévoit notamment le déploiement de programmes de relèvement et de développement sur toute l’étendue du territoire. C’est dans ce cadre que le Fonds Bêkou, Fonds multi-bailleurs créé par l’Union européenne pour soutenir la résilience de la République centrafricaine, a adopté un programme de relèvement socioéconomique dans la zone sud-est (RELSUDE). Ce programme permet d’intervenir dans des régions qui peinaient jusqu’à présent à bénéficier de l’aide en raison du contexte sécuritaire dégradé.

RELSUDE comporte deux volets. Le premier, doté de 3 millions d'euros, est ciblé sur l’accès de la population du district sanitaire du Haut Mbomou à des soins de santé de qualité. Le second intitulé « I la tene tito na mbongo – tous ensemble pour le Sud-Est », apporte une réponse multisectorielle aux besoins des populations de 17 localités (auparavant 21 localités, dont 4 ont été supprimées en raison du contexte sécuritaire défavorable). Il est mis en œuvre par un Consortium rassemblant ACTED (lead), Concern, COOPI, FPU, IMPACT et OXFAM

Les 21 localités d’intervention du projet I la tene tito na mbongo
Les 21 localités d’intervention du projet I la tene tito na mbongo
Copyright: ACTED

Objectifs

Le projet contribue au relèvement socioéconomique et à la réconciliation dans le Sud-Est afin de renouveler le contrat social entre l’État et la population. Il inscrit son action directement dans le cadre du plan national de Relèvement et de Consolidation de la Paix de la République centrafricaine.

Principales activités

Cette initiative bénéficiera à plus de 200 000 personnes. Elle est composée de 5 volets:

Volet « diagnostic territorial »

Convaincu que la réhabilitation et la réconciliation passent par une participation active de la population, le projet a débuté par un diagnostic territorial. Il a permis d’identifier les acteurs locaux, d’examiner l'état des services sociocommunautaires et de contribuer à une analyse contextuelle participative. Une fois les évaluations des besoins conclues, les résultats clefs ont été discutés dans des ateliers participatifs qui ont permis de consolider un plan de relèvement local ainsi qu’une carte détaillée pour 18 localités (Alindao, Bakala, Bakouma, Bangassou, Bria, Gambo, Grimari, Ippy, Kembé, Kouango, Mingala, Mobaye, Obo, Ouango, Rafaï, Satéma, Zangba, Zémio).

Volet « relance économique »

Pour favoriser l’activité économique, le projet soutient 2 500 groupements, réhabilite 65 infrastructures, appuie 6 510 jeunes en travail à haute intensité de main d’œuvre (THIMO), assure la formation professionnelle de 506 jeunes, offre des cours d’alphabétisation à 12 600 femmes et accompagne 96 tontines améliorées pour faciliter l’accès au crédit.

L’avenant adopté fin 2021 (apportant 2 830 000 EUR supplémentaires) va notamment permettre de mener une seconde campagne agricole pour les groupements agricoles de Kembé, Mobaye et Satéma (préfecture de la Basse-Kotto). Le nombre de jeunes bénéficiaires des THIMO et le nombre d’infrastructures construites ou réhabilitées ont également été augmentés dans ces mêmes zones.

Volet « eau, hygiène et assainissement »

La construction ou réhabilitation de 144 points d’eau, 42 latrines publiques et 830 latrines familiales est prévue. Au-delà de l’installation de ces infrastructures essentielles et de leur bonne gestion, un accent important sera mis sur la sensibilisation à travers les relais communautaires et la mise en place de clubs d’hygiène scolaires.

Les Pompes à Motricité Humaine installées permettent aux Comités de Gestion d’assurer eux-mêmes les réparations grâce aux cotisations des habitants
Les Pompes à Motricité Humaine installées permettent aux Comités de Gestion d’assurer eux-mêmes les réparations grâce aux cotisations des habitants ©ACTED
ACTED

Volet « protection et consolidation de la paix »

Le projet développe des partenariats avec 400 associations de jeunes et des femmes engagées dans le processus de paix, de dialogue communautaire et de vivre-ensemble. Il appuie par ailleurs 17 comités locaux de paix et réconciliation, un pour chaque localité du projet. Pour favoriser le dialogue et faciliter la liberté d’expression, il soutient également 6 radios communautaires. Enfin, il vise à renforcer ou établir les circuits de référencement des localités d’intervention dans le cadre des violences basées sur le genre.

Volet « appui aux autorités »

Des plans de formation adaptés aux autorités locales des 17 localités d’intervention sont conçus et mis en œuvre. Les services techniques bénéficient également de renforcement de capacités et leurs missions de suivi sur le terrain sont facilitées. Enfin, le projet accompagne la création ou la dynamisation de plateformes de coordination locale dans chaque commune afin de favoriser la mise en œuvre des plans de relèvement communautaires.

12 habitants de Obo sont formés pour assurer de façon autonome l’édition des programmes du média.
12 habitants de Obo sont formés pour assurer de façon autonome l’édition des programmes du média
ACTED

Principaux résultats

Depuis son lancement en décembre 2019, le projet a notamment permis de :

  • Finaliser 18 cartographies et 18 plans de relèvement locaux ;
  • Identifier 1 629 groupements, 760 jeunes pour les THIMO, 2 170 femmes bénéficiaires de formations en alphabétisation, 196 jeunes bénéficiaires de formations professionnelle et 340 ménages bénéficiaires de latrines communautaires ;
  • Réhabiliter ou construire 2 infrastructures, 24 points d’eau et 13 latrines publiques ;
  • Mettre en place 24 comités de gestion des points d’eau ;
  • Sensibiliser 31 232 personnes aux bonnes pratiques en eau, hygiène et assainissement à l’aide 38 relais communautaires ;
  • Sélectionner 105 organisations sociocommunautaires ;
  • Opérationnaliser 4 radios communautaires ;
  • Identifier 4 comités locaux de paix et de réconciliation et 6 comités locaux de planification et de suivi.  

Funding instrument

Fonds Fiduciaire Bêkou

Implementing organisations

ACTED, Concern Worldwide (Concern), Cooperazione Internazionale (COOPI), Free Press Unlimited (FPU), IMPACT Initiatives (IMPACT), Oxfam Intermon (Oxfam)